L'histoire de la crèmerie

    Notre histoire commence en Suisse et là, je vais sans doute casser le mythe de ce beau pays « riche », son drapeau flottant sur le fronton des banques...
...car la Suisse a eu dans son passé de grosses difficultés. Plusieurs fois dans son histoire, ses habitants  ont été forcés de quitter leur patrie pour survivre (cf : film de Jean Pierre Stücki-Galli « Fils de suisses : une immigration oubliée »).

    Jacob Oertli, mon grand père est né en argentine en 1895 d'un père suisse et d'une mère indienne. Adopté à l'âge de 4 ans par son oncle, il vivra dans le canton de Glarus. Après des études de gestion et de fromagerie, son esprit d'entreprise, son audace et ses compétences dans le domaine de la transformation du lait qu'il maîtrise le font pencher pour l'émigration en France.

 
  La guerre 1914-1918 se termine, il faut reconstruire, les jeunes hommes se sont faits massacrer au combat, il y a des fermes abandonnées dans l'est du pays et les fromageries n'existent pas ou très rarement.

   En 1920, Jacob s'installe et crée sa première fromagerie à Courcelles Val d'Esnoms en Haute Marne. Il se marie à Berthe Rötlisberger née dans le canton de Berne. Naissent 3 enfants de cette union : Alice, Bernard et Jacques. 
   Puis Jacob repère non loin de là un joli village au creux d'un vallon : c'est Vesvres sous Chalancey. Il y installe une deuxième fromagerie et décide que sa vie sera ici. La fromagerie de Courcelles sera dédiée à l'affinage  et celle de Vesvres à la fabrication de l'emmental mais pas seulement. Nous sommes dans les années 1936.

    En plus de la fabrication, Jacob Oertli s'intéresse déjà à la vente, une fois par  mois, il travaille avec des mandataires pour les Halles de Paris. Jusqu'à son décès en 1946, la bonne marche de ses affaires et le bonheur des siens ont été le moteur de cet homme qui a toujours répété à ses enfants qu'il leur fallait aimer leur pays d’accueil par dessus tout. Ses trois enfants et leurs conjoints ont fait perdurer cet esprit qui encore aujourd'hui règne à Vesvres.

    A l'époque de l'industrialisation, l'entreprise prend rapidement  le virage du négoce. Crée en 1971, la Crèmerie du Plateau sera d'abord reprise par Josiane, la petite fille de Jacob. Ce n'est qu'en 2002 que Patrick son beau frère et Françoise la sœur de Josiane rachèteront l'entreprise.

   Patrick a complètement adhéré à cette histoire familiale et à ce lieu de vie : « J'aime mon métier, je n'en changerai pour rien au monde ».
   

   La Crèmerie du plateau privilégie la qualité, la diversité et l'affinage de sa grande gamme de fromages : Langres des producteurs de la région, négoce avec les moines de Cîteaux pour les crèmeries fines de Paris.

  La vente s'effectue dans des camions magasins qui sillonnent 5 jours sur 7 la Haute Marne et Côte d'Or. Nous sommes également présents le samedi au marché de Chaumont et 4 jours par semaine sous les halles de Dijon.

   Nous conservons depuis trois génération  la volonté de vivre dans ce petit coin de France relié par le cœur aux montagnes Suisses d'où nous venons.
   
    L'histoire de cette entreprise se réécrit chaque jour …. !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire